Qu’est ce que l’hypnose ericksonienne ?

L’hypnose, intrigue, on lui porte des représentations magiques véhiculées par l’industrie du spectacle, comme celle d’une intervention extérieure qui agit sur la partie inconsciente avec la présence d’un sujet et d’un expert qui connaît des techniques d’induction.

L’hypnose thérapeutique est bien loin de toutes ces représentations magiques L’hypnose existe depuis que l’humanité existe.  Pour Milton H. Erickson, ancien psychiatre américain, l’hypnose est un état naturel, physiologique et spontané que nous pouvons expérimenter, a minima tous les jours, tout simplement lorsque « nous sommes dans la lune », « dans les nuages » ou bien encore cet état intermédiaire lors de certains réveils matinaux où l’on hésite entre le rêve et l’éveil.

Pour Erickson « tout ce qui n’est pas conscient est inconscient » et cet inconscient est considéré comme un réservoir de ressources; ce qui implique une notion positive de l’inconscient doué d’un mode de fonctionnement analogique. Lorsque les psychologues essaient de comprendre comment fonctionne notre esprit, ils parviennent souvent à une conclusion surprenante : nous prenons souvent des décisions sans y avoir réfléchi – ou, plus précisément, sans y avoir réfléchi consciemment. Quand nous roulons et que nous laissons passer les piétons tout en pensant à nos prochaines vacances ou à la prochaine fête, c’est notre inconscient qui est aux commandes, ou du moins qui joue un rôle essentiel. Il représente la partie cachée de l’iceberg soit 90 % et les 10% restant c’est notre conscient et celui-ci peut faire barrage.

La dynamique hypnotique permet de retrouver sa capacité à répondre de manière nouvelle et adaptée aux situations rencontrées. L’hypnose par sa capacité à “s’abstraire” de l’environnement immédiat permet à votre inconscient d’effectuer des remaniements utiles au changement.

Du point de vue scientifique, ce sont des modifications de fonctionnement au niveau neuronal qui sont observées, notamment au sein du système limbique qui a un rôle important dans notre comportement et nos émotions.

Son efficacité n’est plus à prouver. Reconnue par l’Inserm, elle est utilisée dans le domaine médical pour éviter notamment les effets indésirables de l’anesthésie.